Dernières nouvelles
Accueil : Plante-Fleur-Jardin : Insecticides naturels

Insecticides naturels

Les tagètes :

Connaissez vous les tagètes, que l’on appelle aussi « oeillet d’inde » aux pétales jaunes, orangés ou tachetés de brun, qui répandent une forte odeur poivrées et musquée, pouvant déranger certains odorats sensibles ?

>> En Afrique, on en tresse des guirlandes mises à sécher dans les cases pour éloigner les mouches. Pourquoi ne pas essayer cette jolie recette colorée chez vous ?

>> Si l’on fait bouillir les feuilles de tagète, on obtient une décoction qui, utilisée en pulvérisations sur les plantes du jardin, éloigne les pucerons, les chenilles et d’autres ennemis tapis sous terre comme les aleurones ou les nématodes.

>> D’ailleurs, dans le jardin, vous avez tout intèrêt à chouchouter les oeillets d’Inde car leurs racines émettent des substances qui empêchent la prolifération des champignons et des limaces : c’est vraiment le remède universel ! Et vous saurez tout quand vous retiendrez que ces substances ont aussi la propriété de déplaire aux mauvaises herbes qui préfèrent s’éloigner et s’installer sur un autre territoire.

Le géranium « rosat » ( Pelargonium graveolens) :

Le géranium rosat a des feuilles très découpées qui évoquent plus une fougère que les feuilles de géraniums traditionnels. Leur odeur à forte dominante de citronnelle, déplait souverainement aus mouches et moustiques : plantez-en sur le rebord de votre fenêtre comme on le fait d’ailleurs dans le midi et dans les Landes. Ces géraniums au parfum si particulier peuvent être collectionnés, car il en existe plusieurs variétés aux odeurs très différentes.

Les orties :

Les orties ont bien des défauts, entre autres celui de piquer douloureusement la peau, mais elles peuvent jouer un rôle très efficace contre les pucerons à condition de les faire fermenter dans un tonneau pour en faire du purin d’orties. Pour obtenir celui-ci, il faut remplir un récipient assez haut (style fût ou tonneau) de feuilles d’orties et ajouter de l’eau jusqu’à ras bord. Dès le deuxième jour, les orties fermentées sont utilisables comme outil de lutte préventive contre les pucerons. En outre, ce liquide, très riche en azote, est un merveilleux engrais naturel.

La lavande :

La lavande est un excellent chasse-mouches, chasse-mites, chasse-puces et chasse-fourmis : utilisez-la sous forme d’essence plus forte et efficace.

Les feuilles fraiches de tomates :

Les puces et les mouches détestent aussi l’odeur des feuilles fraiches de tomates. Cultivez des tomates sur le rebord de votre fenêtre : elles n’ont pas besoin de la pleine terre pour bien se développer et peuvent parfaitement pousser en pot.

Le citron :

Le citron, par son odeur, fait fuir les fourmis à toutes pattes (particulièrement quand il est moisi !). Utilisez le jus pour badigeonner tout ce qui pourrait être à leur portée.

L’ail :

Quand à l’ail, certains jardiniers prétendent qu’il suffit d’en planter quelques gousses aux pieds des plantes aimées des pucerons pour les voir déserter.

>> Vous concocterez une recette encore plus efficace contre ces noirs ennemis du jardin, en râpant des gousses d’ail fraiches auxquelles vous mélerez une cuillerée de copeaux de savon de Marseille, le tout mis à tremper toute une nuit dans de l’eau chaude. Le lendemain, vous pulvériserez cette décoction sur les plantes attaquées et vous verrez fuir les pucerons ( et vous peut-être par la même occasion car l’odeur est redoutable !). Recommencez ce traitement alliacé plusieur fois pour qu’il se montre efficace.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*